Lectures de « la Princesse de Clèves » en place publique, Flashmob et comptes Twitter... La mobilisation sociale version 2.0 est en pointe dans les mouvements sociaux actuels en France. Décryptage et reportage photo de Chris Marker.
Jeudi 19 mars 2009, Paris. © Chris Marker
< 24'03'09 >
C’est les luttes virales, groupons-nous et demain...

Trois millions de personnes dans la rue jeudi dernier. Un succès total ? Pourtant, au gouvernement, rien ne bouge… Sept semaines de mobilisation de plus en plus radicale dans les universités (et les IUT). Malgré les reculs successifs de Valérie Pécresse et Xavier Darcos, rien n’arrête le mouvement. Les luttes sociales 2009 s’émancipent du modèle de la grève qu’un Nicolas Sarkozy a d’ailleurs contribué à dévaloriser. Décryptage d’une mobilisation 2.0, avec des images exclusives de Chris Marker et de dessins non moins exclusifs de Guillaume-en-Egypte, le chat pigiste de poptronics qui résume en deux coups de patte magistraux la situation politique du moment.

Action lancinante et intervention éclair
Des enseignants-chercheurs aux internautes remontés contre le projet de loi Hadopi, des étudiants motivés aux salariés confrontés aux plans sociaux massifs, les initiatives se multiplient pour donner d’autres couleurs à la mobilisation sociale. Hier lundi, à l’initiative de Paris 8, une « ronde infinie des obstinés » s’est mise en place devant l’Hôtel de Ville à Paris (anciennement « place de grève »), organisée via l’Internet. « Nous tournerons jour et nuit pour manifester notre obstination. Nous marcherons sans fin car nous n’avons aucune intention de céder », expliquent les organisateurs de cette « action lancinante », proposée par le mathématicien Denis Guedj (à suivre en direct grâce à la webcam devant l’Hôtel de ville).

La « ronde infinie des obstinés » du 23/03/09 :



L’Internet est l’outil idéal de ces mouvements hyper-réactifs, qui se servent de tout l’arsenal à leur disposition pour communiquer l’information, la relayer, organiser de micro-interventions qui viennent chatouiller le pouvoir, incapable de répondre jusqu’à présent, sauf par le mépris affiché, aux revendications. Cours alternatifs en plein air (deux exemples ce jour, à Caen, place du Théâtre, « Révoltes d’esclaves et grèves de l’Egypte ancienne au XIXe siècle » et à Lille, conférence de Toni Negri « Politique de l’Empire, résistances de la multitude »), « circuits géo-historiques » à Marseille, opération « les chaises font le siège » à Grenoble, repas républicain à Orléans, soirée « festive et revendicative » au Palais de la découverte… La mobilisation ne fait pas l’impasse sur les actions plus classiques (AG, manifs, occupation de salles de cours) mais s’organise pour occuper le terrain et répondre au harcèlement médiatique du gouvernement par un harcèlement citoyen imparable.

Langues O, du bon usage des fantômes, cours hors les murs :
« Pour une utilisation rationnelle et optimale des fantômes, quelques recettes chinoises pouvant servir aux décideurs modernes et notamment ceux qui gèrent les universités »



Tout a commencé il y a deux mois, quand les chercheurs ont commencé à lutter contre la modification de leur statut, avec le « remake » du discours agressif du président Sarkozy devant un parterre d’universitaires le 22 janvier dernier. Façon didacticiel, ledit discours a aussitôt fait le tour du Net (en français et en anglais), où il a été vu par près de 400.000 internautes. Puis, toujours en réaction aux petites phrases du Président qui stigmatisent la culture ou l’intelligence, les enseignants-chercheurs imaginent une « lecture marathon » de « la Princesse de Clèves ».

Lecture de « la Princesse de Clèves » pour Sarkozy (réal. LibéLabo)



Désobéissance civile et actions symboliques
Quand bien même ces actions ne mobiliseraient pas massivement, elles ont un impact symbolique si fort et puissant qu’elles dépassent simplement et largement le nombre de personnes impliquées. Inlassable observateur du monde qui nous entoure, Chris Marker ne s’y trompe pas, qui photographie à quelques jours d’intervalle les lecteurs et lectrices de « la Princesse de Clèves » et les manifestants de la journée du 19 mars (voir ci-contre).
Avec ce noir et blanc qui caractérise ses photographies, et cette empathie caractéristique de ses prises de position, le réalisateur de « La Jetée », du « Fond de l’air est rouge » ou encore de « Chats perchés », fait littéralement la lumière sur ces anonymes qui bousculent les pouvoirs : il y a aujourd’hui en France un petit parfum d’insurrection et de désobéissance civile (voir ces 2610 profs qui refusent les instructions de leur administration et sont prêts à subir des sanctions disciplinaires).

Lutte en temps réel et appels 2.0
Les enseignants suivent et assurent le suivi de la grève via Twitter, notamment ici, sur @lru_matuer, un compte agrégatif et ouvert à participation, qui diffuse les messages d’un ensemble de blogs en lutte, conçu par deux chercheurs, Laurence Allard et Olivier Blondeau. D’éminents blogueurs ont mis leur site en grève depuis début février et s’y tiennent (c’est le cas d’Affordance.info). Certains pratiquent le procès de Sarkozy en place publique tandis que la Brigade activiste des clowns organisait une chasse aux cerveaux dans un restaurant universitaire le 17 février dernier.

Intervention de la BAC (brigade activiste des clowns), le 17/02, à Paris :



Autres combats, mêmes moyens numériques mis en œuvre : la semaine prochaine, alors que reprendront les débats devant l’Assemblée pour le projet de loi anti-piratage, une « flashmob à l’artichaut pirate » viendra souligner l’absurdité d’une situation politique de plus en plus tendue en France, où les projets gouvernementaux s’enchaînent sans prise en compte de l’avis contraire de millions de citoyens (on y reviendra, bien sûr). Des citoyens pourtant très remontés et relayés par des pétitions, des prises de position d’associations, des opérations « black out » sur le Net qui concernent des milliers de sites et blogs en France (dont poptronics). Internet mon amour, qui avait initié la pétition des 86 artistes contre Hadopi « Téléchargez-moi » en septembre 2008, invite ainsi à brandir un artichaut (pourquoi l’artichaut ? « puisque nous ne sommes pas entendus, nous en arrivons au geste absurde »), sous les fenêtres de Christine Albanel, la ministre de la Culture enferrée dans ses discours de protection des industries culturelles.

Du côté du logement, les Enfants de Don Quichotte ont imaginé un « tour de France des poches de mal-logement » pour maintenir l’attention médiatique sur les urgences de leurs dossiers. Jeudi noir, autre association de « galériens du logement », a déposé jeudi dernier un pied de biche géant au pied de la statue de Marianne place de la République à Paris : « Gavroche sur la tête, les militants, n’écoutant que leur courage, ont donné à la République les outils pour régler le problème du logement » puisque Christine Boutin, selon eux, « telle la Marianne qu’a peinte Delacroix, devrait non plus saisir un fusil, ni un préservatif d’ailleurs, mais une clé et un pied de biche ».

Opération pied de biche par Jeudi Noir, le 19/03 à Paris :




Pour aller plus loin :
La liste des sites qui suivent le mouvement universitaire, de fac en fac.
La carte de la mobilisation des IUT et des universités (depuis décembre)
Le calendrier de la semaine d’actions universitaires
Le classement de Sandales s’inspire du fameux classement de Shangaï qui note les universités selon leurs performances : « Le classement de Sandales mesure avec précision la colère bouillonnant dans les 80 universités françaises face aux réformes non-concertées que tente d’imposer le gouvernement. »
Le calendrier partagé de la mobilisation à Grenoble
Le site de l’université Paris 14, constituée le 18 février par des universitaires, enseignants, chercheurs et étudiants mobilisés contre la loi LRU. « Les cours sont publics et se tiennent, tous les mercredis à partir de 14h00, sur la ligne 14 du métro parisien. Comme la ligne 14, l’Université n’a ni chauffeur, ni Président, ni instances dirigeantes : elle est autonome, autogérée, critique, nomade et ouverte à tous. »
Tout sur la campagne Black Out sur le Net

annick rivoire 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 8 > commentaires
écrit le < 25'03'09 > par < jn BoN hyperbate.com >
Toutes les semaines on nous assure au JT que le mouvement des enseignants chercheurs est terminé, qu’un accord a été trouvé,... Quelle blague ! Une flashmob encore : http://www.hyperbate.com/dernier/ ?p=4342
écrit le < 25'03'09 > par < webknot Jvo gmail.com >
Si votre hélice prend l’eau pensez à l’artichaut : http://www.webknot.net/2009/03/25/artichaud-pirate/
écrit le < 27'03'09 > par < info 3U5 poptronics.fr >

A FAIRE CIRCULER ! PERFORMANCE COLLECTIVE - FLASHMOB ARTICHAUT PIRATE (contre la loi crétine "Création et Internet")

APPEL A PARTICIPATION

Artistes, pirates de la culture ou lecteurs de la Princesse de Clèves, venez nous rejoindre pour une mobilisation éclair le mercredi 1er avril 2009 à 11h55 précises dans les jardins du Palais Royal à Paris, sous les fenêtres de la ministre de la Culture Christine Albanel

Ceci n’est pas une blague, mais une action très sérieuse de mobilisation collective absurde, puisque nous ne sommes pas entendus.

DATE : Mercredi 1er avril 2009

LIEU : Jardins du Palais Royal, 75001 Paris

HEURE : 11h55 précises

DUREE : 7 minutes

Instructions :

1. Munissez-vous d’un artichaut (de préférence cru)

2. Rendez-vous dans les jardins du Palais Royal à 11h55 le mercredi 1er avril 2009. http://www.internetmonamour.fr/palaisroyal

3. Lors du coup de sifflet, brandissez votre artichaut, seule arme possible. Immobilisez-vous pour ce geste absurde pendant 7 minutes.

4. Au deuxième coup de sifflet, sortez votre pique-nique !!!

CECI N’EST PAS UN SPAM MAIS UNE PERFORMANCE ! MERCI DE FAIRE CIRCULER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS !

+ d’INFO SUR LA LOI CRETINE ET LES PAROLES DES ARTISTES, PIRATES ET LECTEURS DE LA PRINCESSE DE CLEVES : http://www.internetmonamour.fr

écrit le < 27'03'09 >

Chers Pirates,

Plus que quelques jours pour se mobiliser : rassemblons-nous sur le terrain !

Profitons de l’organisation de différents manifestations amies, mobilisons les foules intelligentes.

- Vendredi 27 mars : Soirée concerts anti-Hadopi
http://linuxfr.org/2009/03/21/25197.html

- Samedi 28 mars : Freeze Paris #2
http://www.facebook.com/events.php - /event.php ?eid=55134764106

- Samedi 28 mars : DOWNLOAD DAY
http://sites.google.com/site/downloaddaycontrehadopi

- Mercredi 1 avril : Flash Mob Artichaut Pirate
http://www.internetmonamour.fr

- Mercredi 1er avril De 20h à 23h à la Cantine :
« Happening Juridique » FROM HADOPI TO AHDOPI

Retrouvons nous et "smart-mobons" l’œil bandé (avec du tissu ou un traie de crayon) : montrons publiquement au monde que la culture ne se valorise pas sous l’étau.
A l’abordage ! Continuons à faire signer le Pacte pour les Libertés Numériques :
http://reseaudespirates.org/ ?q=content/le-pacte-pour-les-libertés-num

écrit le < 27'03'09 > par < info VxL poptronics.fr >

Dans le commentaire ci-dessus, il fallait lire :

http://www.webknot.net/2009/03/25/artichaut-pirate/

pour bien cliquer !

écrit le < 14'04'09 > par < emmare LoV orange.fr >
Les photos de Chris Marker sont très belles car elles montrent par fragments ce que la crise fait et défait sur un visage, par le décadrage , il interroge le "je", il questionne le "nous".