5 ans, 50 portraits.
Aujourd’hui : Claude Closky, artiste plasticien né en 1963, vit et travaille en France.
Auteur : Nicolas Frespech, net-artiste français.
Extrait de l’autoportrait de Claude Closky pour Poptronics (à découvrir ci-dessous). © DR
< 27'09'12 >
L’exemplaire Claude Closky

(pop’50) Me proposer pour les 5 ans de Poptronics de tirer le portrait de Claude Closky, c’est un cadeau, un peu comme si on demandait à un(e) fan de Lady Gaga de la dessiner avec son propre sang : l’extase ! Pourquoi je commence cette chronique en tant que fan ? C’est tout simple : on m’a toujours demandé quel artiste m’inspirait le plus dans mes créations numériques, le jour où j’ai dit « Claude Closky », mon travail a semblé plus simple à comprendre. Merci Claude !

Ecrire sur Claude Closky me permet de partager tout ce que je peux aimer dans son travail post-Frères Ripoulin et particulièrement son approche du Net, en piochant de-ci de-là quelques œuvres représentatives. L’exemplaire Claude Closky sait en effet tirer profit de chaque média, même les plus incongrus comme le papier peint ou les fonds d’écran, pour délivrer des œuvres riches, amusantes, ironiques, intelligentes... Petite promenade guidée.

En 2005, Claude Closky remportait le prix Marcel Duchamp, ce qui lui permit d’occuper en 2006 l’espace 315 du centre Pompidou. Voyez ce bel espace, entouré d’écrans plats qui diffusent à tour de rôle une image, un Gif animé pixelisé, et voyez le public qui tourne dans la pièce, suivant le rythme d’apparition des images et d’un gros son ! C’est « Tournez manège », ma parole !… Son « Manège » (titre de l’exposition) est un plaisir qui suscite encore aujourd’hui la controverse . A l’occasion de l’exposition personnelle que le MacVal lui consacre en 2008, l’atelier de création radiophonique de France Culture diffuse une création fantastique, intitulée « Plusieurs fois ». Introuvable jusqu’à présent, elle est dorénavant accessible en ligne :

« Plusieurs fois », création radiophonique de Claude Closky, (2008)


L’artiste Closky touche à tout : image, pub, papier peint, son ou Internet. Côté édition, il n’est pas en reste : ses livres d’artistes comme « Les Euros » (2003), « Mon Père » (2002) ou « Colorie comme tu veux, dessine et écris ce que tu veux » (2001) sont des « classiques ». Il est aussi un artiste-éditeur expérimental : pour le Magasin de Grenoble, il a organisé une exposition en ligne pendant la fermeture pour travaux. Il a aussi conçu le « Magazine » du Mudam, le musée d’art contemporain du Luxembourg, une publication en ligne d’une efficacité redoutable en terme d’ergonomie et truffée de contenus originaux. Elle reste accessible aujourd’hui en mode archives.

Côté net justement, Closky fait la part des choses : un site est réservé à l’actualité de ses expositions IRL tandis qu’un autre permet d’accéder à ses œuvres en ligne. Et il y en a beaucoup ! Je ne peux m’empêcher d’afficher le code source de la page d’accueil de sittes.net (mon côté nerd !) pour tomber sur un dessin ASCII du plus bel effet… la visite commence bien !

Parmi les plus anciennes de ses pièces (le site répertorie et renvoie vers des créations de 1997 à aujourd’hui), « 12 heures = 10 heures », acquise en 1998 par le Frac Languedoc-Roussillon, est une horloge qui décompte le temps en utilisant un système décimal. La journée est découpée en deux fois dix heures, chaque heure en dix minutes, chaque minute en dix secondes. Attention : réalisée avec Director, elle nécessite de réinstaller le (vieux) plug-in Shockwave.

Les chiffres le fascinent. Avec lui, moi aussi ! « +1 » (2000) fait partie de mes œuvres favorites, avec sa fausse simplicité d’un compteur qu’on incrémente de 1 en un clic.

« Links » (2001) est une œuvre très rusée, où l’artiste revisite l’histoire de l’art à travers des noms de domaine comportant des noms d’artistes. Exemple : si on clique sur koons.com, du nom de la superstar de l’art contemporain Jeff Koons, on tombe sur un site de vente de voitures (c’est peut-être vraiment le site de Koons en fait…).

Pour « Noël » (2001), Claude Closky invite à décorer notre sapin : le geste, le rituel de poser les boules sur les branches avec en fond sonore « Mon beau sapin » n’a pas pris une ride, une gageure pour les pièces en ligne qui vieillissent à la vitesse de l’obsolescence des technologies !

« Going Down » (2002) présente un curseur qui s’anime automatiquement et descend inexorablement vers le bas, une œuvre... très dans l’air du temps ! Car Claude Closky s’inspire des gadgets et obsessions contemporaines, du cybersquatt (comme dans « Links »), de la publicité, des voyages virtuels… Il s’est ainsi intéressé au Web 2.0 à sa façon. D’abord avec sa représentation, à base de différents points de vues tirés de Google Street View, de « La Montagne Sainte Victoire » (2011), qui n’a rien à envier à celles de Cézanne ! Ensuite avec « Ground Drawing », une nouvelle série de dessins réalisés sur Google Maps (2012). Chaque trait gribouillé sur la carte représente une distance géographique. Un dessin qui parcourrait le monde et nous encouragerait à prendre encore plus les chemins de traverse !

Tout récemment, c’est à une certaine déviance des réseaux sociaux que s’est attaqué Claude Closky. Dans « Reblogging » (2012), l’artiste se transforme en curateur du Net qui « reblogue » tout en bleu (on re-poste, on re-twitte, on re-aime pour mieux re-partager sur les réseaux sociaux…). L’hommage au Bleu Klein, le fameux « IKB », est à peine caché sous la critique caustique du copier-coller !

L’esprit de récupération et de ré-agencement d’éléments préexistants est une constante chez Closky, comme dans la vidéo « It’s Ok » (2006), qui propose le montage d’une succession de fonds d’écrans d’ordinateurs dont l’élément central est le OK qu’on valide quand on se trouve en interactivité avec un logiciel.

« It’s Ok », Claude Closky, (2006)


Cette création doit certainement plaire à Lev Manovich et ses recherches sur le montage spatial !

Même l’egotrip numérique fait l’objet d’un détournement closkyen. Résolument un artiste ouvert, il nous invite dans son atelier.



On aperçoit ses modèles prendre la pause (qu’ils gardent bien d’ailleurs, si vous tenez les 10 minutes) ! Encore une astucieuse idée où l’artiste s’amuse avec le Codec de YouTube, le programme de compression/décompression pour les images du site de partage vidéo, qui anime les images fixes comme une bonne vieille webcam ! Mais YouTube n’aime pas la nudité, surtout quand il s’agit de parties génitales, ce qui explique que plusieurs des vidéos de la série « Studio » ont été censurées. On en trouve une trace sur le site de l’artiste. Claude Closky pense définitivement à tout. Exemplaire, je vous dis !


////////////////
Aller plus loin…

L’actualité de Claude Closky, c’est, jusqu’au 18 novembre 2012, une exposition au centre d’art Le Quartier à Quimper intitulée « Animations ».

Cet été, il faisait partie de l’exposition collective « Les feux de l’amour » au Frac Aquitaine à Bordeaux (jusqu’au 22/09/12).

Claude Closky est représenté en France par la galerie Laurent Godin.

Il présente ses nombreuses créations sur son site internet, sittes.net et évoque son agenda sur http://www.closky.info/.

////////////////

A tous les artistes de notre « pop’50 », nous avons demandé un autoportrait numérique. Accédez à celui de Claude Closky en cliquant sur le lien ci-dessous.

Autoportrait, Claude Closky, 2012

data:image/jpeg ;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAgAAZABkAAD/7AARRH
Vja3kAAQAEAAAAUAAA/+4AJkFkb2JlAGTAAAAAAQMAFQQDB
goNAAADqQAAByEAAAn+AAANWP/bAIQAAgICAgICAgICAgMC
AgIDBAMCAgMEBQQEBAQEBQYFBQUFBQUGBgcHCAcHBgkJC
goJCQwMDAwMDAwMDAwMDAwMDAEDAwMFBAUJBgYJDQsJ
Cw0PDg4ODg8PDAwMDAwPDwwMDAwMDA8MDAwMDAwMDA
wMDAwMDAwMDAwMDAwMDAwMDAwM/8IAEQgAWgA8AwER
AAIRAQMRAf/EAMkAAAIDAAMBAAAAAAAAAAAAAAYIBAUH
AQMJAgEBAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAABAAAQQBBAIABAc
BAAAAAAAAAwECBAUGABESExQWYEEyFSExIzM0BxdHEQACA
QIDBQQGBwcFAAAAAAABAgMAESESBDFBYSITUXEUBYGRMk
IjFRCxUmKSYyTwocHRcjNDwmSEJYUSAQAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAGATAQACAgEDAwQDAQAAAAAAAAERIQAxQVFhcfCB
kaGxweEQYNHx/9oADAMBAAIRAxEAAAFXijJJHODtIhTBCRQjLw
sSkKMFzcBjDsGALgwIQsDhnRkw9Dw7ABPOkqg8GJNdL4VI08FzL
SSaoVYyBQGjGVCFBKeiIHBAEZdiMCIE49RjrLY4DcVs8/yaMuNo
W4eg0ZGJEZ+HY540JMMoORMhdiWMwa6a6Eh0C6CKn0a4Owam
TysFqP/aAAgBAQABBQIpHINz3O12Lx7Nc10FCvdJcRTc36cIu227F
gGbEr8ctLTU3D76A0MV0NO4Dndy9tVUpJSjrY4RpjkBttBjBgGONu
+UVEE0Fw05/PFf1I0F3B5o75D2ckNLY9FLBBZhZWeXe/aBe14qU8
fQsjBTrX5jjdmtzdNqRWeU5Paax5Ow1hGdU/2B46f67RNa2w9QiWL
p9A2sMULpVZHxsPY+O9rLGLEflfsMb3/Eb9WzaviQWUDTjCCd9d
Xl2adyJr+ytpNbv+InmETEbYckVvYSTPhmnyax8uQ1ZClZCyqI+xpt1
1x21gV8SMSVAFY6FSxyCi1I4WskI5keVA763wg+Km2+On8a1p7B
9etXKCVk24ixtEQkqQguDvszfamtTS7JrGbHyY4QO7K+D0tQDWak
MTbgz3pP2H/Ti/8ALHpv0/KR+X/Qf//aAAgBAgABBQL4g//aAAgBA
wABBQL4g//aAAgBAgIGPwJB/9oACAEDAgY/AkH/2gAIAQEBBj8
C6MI+DC3U6vYezuolsP2vVs113Cm3cK240el7li241IX2sxNt+2r332v
SnKTnfIUtsbbb1VmCu2W5kw3dteJcBIdvMa/SwMy5bluwjdWbUaM5
W98Yim1EoZXU4C3L3GtTJIpdpxyWsMp+1fga6t/e4ZahZ5CBLZgQd
jAWFxwqImNXnt8UsPaO+ovL9bGZ9I4M2ng2RhX2DvUggcKhggUJp
9RmDJt51Fwb8QKcZbqdx2WqXUIgikhGbAYVLlYKzqc4bZa+Fqtlbu
3XpuS6FrG+PopFRGw90VptSytHLpCcpHvK3umtOFXBbs/qsPrrAX
w3U+llGcPsFReVRmQZ9WdOzqOfIh5rX4V8m60nhOv1Orh1ujk6tuzP
kw76miZCTHMM6ejjSy6/y7Upp2OGpA5T3XpYIdUVdzZVlQrQmj0
UmsJF1typ2Ysa0/UgfSeVawmy6GxLBDYgytsxqGWHQ6zRxBuYzM1
mK4XB2VDrMOn5iC6f1kYj01l/xeI8RxydC9q8zdOYTSLLGG+zILj1V
IdRLLqWlOaRZFzAW3JfYK00iiTOxRFu3KEj+6theoFc5spHdcYivEx5
VDYqmQcvcKVGkaT7zVDqtYyCHyfy7qr1DljBZipZyexa+f5f+t8Zk/42
Xo3/AA415f5dq4lLH9PBrd9tqo3bY7KDLY2G6oiVPIcAvGoCcC4Nr
4bBSrLZJW2jdQYnlXFhUkj8xgkifMPvNlrLZrUk8Js8TCVG4qb0kgb4
c8PiiewWuwHdXikjZN0Me8cTSQ6xbqTbLsPDhao9OjZpjZYoYxdr0h
mb4puDvw799ef9AXf4AgB97pNmYD11vzX+h/LpP7cN5on+yuCup4V
4iKZoHbFNRGxxXsIFKJ31U5PZIwB/Dal6MAS5x3kClhjPxtQwSNeF
eYeXxsR+mbIfzAMwP4hXzq4/t26P+47a7ajmPLGwaFifzBhQV7tpH2q
McvdwrqK4MbYqw+qiiyCWbdDHzN6hXi5+aYDLFGMRGv8APtNF
wuPGvkVj4bxvi8n5durar+0iWMjDcKBUC1724UumY/FgGVCfs1kW6
5zsBsMeFbAC23C1X3mntV/8vyvN6fZ+qk9v2z7Ps7v3/wAKTvG2t+3
3a0/s/wCr6Bsptmyv/I9G2v/aAAgBAQMBPyFwhetpGLM8tG28mkiek
EToYCpkdtE5CFyO6PfFyCEPtvFaSsQqFKnWMapSHSUlBwZ43nca
84sVCqqIQ6tjJnLFzBCbBXvjp+gMCkUlc8YBCVNGIEN98NMyzUT
fEuTogUkG+RnBWlO8Hj1sRLKrOAzeYtnpGSODJlV9E8fMZCZ8Ba
LvnAAtuUTJHIT7sO68e80EsK3jILi0rCSHUhpzV8YQXDhEVCjmMv
mu/gmeuryX4AAyUfmxwTlag0dR2ufODZTq3LCPdPtksOxdojCBUZq
WbJMjo5hwuRhcKFid5849/wA6jXhgAuCMRMpeGVk5NJ3IH2cNjg
hrOpSN98gb9tTSFBeVVzt4fOxKBkixxZaIJDxThrnoEYQUaYMd3Pp
Ur9VrBHbKlTZs0nI5DEGSjgU8b5nBInvUpRAo3kWOs1wa96xJZW5
y5ggM6RIXX+ZJ1airUjkTpvP1BfJxkKB0T1SWgELvDhYgC+r8XlDw
jcVxMdKxEJsVwEWesYavUTKhdRiW5eoDthAFCQYnj8OeaerMxHi
JzqufEAftkHM5uloucmOYdEfcTI1LlPWTlQtswA2zhpe1L5KwB1cIyw
6ZB2QimpwA8xJshtod8tidbv4+cYg45uInCVq6soXlzPzkZUk4YIkB84
5/gJg77ffLmsTLPdu3q5GegJNncGIxU94t5nMGeoYqn11vOaxrfnDfCx
A4JdhJcl6yWbeR6GD7wpVGxxgTfGYO+St85E8kQ8PqV+AwwuFd2
fJgV9k4zeKShSMALy/vJcMzOdtYoSitJGh8ZRHPRHlDrlC6ABLz1yJ
O2GTWI7Waz6+Iu2XoMrbDvPlb47Z6tHGu2bdrn781a9959XzrPhvnP
fi//9oACAECAwE/If7B/9oACAEDAwE/If7B/9oADAMBAAIRAxEAA
BCQCSQSQSAAQSSASASCQSSQQCAQCSQASCQAACCQQQ
AQASSQCCT/2gAIAQEDAT8QWruRKDkkKr7VLwizJLSUkEBIz0w
HE7RQU89g98FerSjezDKBl3juhlJkHtFwxhdyUOwDhBUWPOQ65Ps
gwCSYqtZd7NvB3e2K93IYVpi9F0nCBLxRgHIASPZiZ2Lm5XUmsN
64yYsVxpiQigqNYBnFoYCKzDYhfjCgCk0+1LLfbeQ6koigClkbSSU
Of57gp0xH+5KmOa5MpCLGQSsMUBzeREFySa+c41iwLRWRMkQ
2cGCR3mtsANrIN466DAYWSF1xrGummAxXUNF34wJbrgMyA5pk
j7/n29bDE8YW2RNeVKRXI9ed42NZFGplW4m984qdWAnQNbm34
8s1XaQS4PuEcd2HTZA2CWtRxlLnyHTD01DdPjIAQnhhUWTBciP4
5kwLJ94dKJEDEAVCKwM8gC0KGlIbInCXHokAE2tK92K9q7NJF
SRlEsaMhhyOEqUi3sDTiTKThGVcM8giFvCbctkJSJRqQh3zhH86JuO
DphcPW3JNlSZQgZPqG54CrIydLCPNiSAwlIneFXJYKsVWg0FizK0
PaF2JoxU5LRgoLsIAQLisKq4JuYCSE2tozlPH+AT6SZytsn6GfEEmE
3C8PugNCiKQZkl74UOHOYM2LK3nCtM0AkJpol1kzwL4EFUn3yW
+ASQCdn8ZrB1edJYRUiN5D3A7Wzgn1bBLwzDyFNRhsUlNYdZQ
YDjOSwuEAl0CKRHBrEjqENsHuQQGNcZFVxS3AunlFAlwSovNK
CJyAgou8HozcZtUSqTAgOc9jRL2cN6ZKKm03BRGE3T4cajfMQQ0
IJbxKvInUgBQ8hGoeMc6RfHRuj14xAlMBFV6kSjOUSN5KQhKkFn
dORPnpgokmTPfOt/EvyvxwcpFohQ9d617YO3hIO2NnJwHWMImP8
pwRGVMocqrQi/riLJEQdGFFSopAWBO0Dq4OQZ1LQDjo5V6JUX
AxQQUzY8Z8Hp9uR9GKyamJQNWAbgPOg4BYaAgRhJb0Ujr5n7k
SI5MZkISsmshmciK5lKD5ZMz+mGJExJXmcJgsosAz51io7Zrms4J/wB
t3rH8JbvQl6kds0974v3M+Iej9O2fOvwGu/XH5j5TffPwP6e+en6P3n//
2gAIAQIDAT8Q/sH/2gAIAQMDAT8Q/sH/2Q==

nicolas frespech 

votre email :

email du destinataire :

message :