« Buckback mountain » le 10/10 à 21h et « V sur Vagina » le 12/10 à 19h, de Buck Angel, dans le cadre du Paris Porn Film Festival, jusqu’au 12/10 au Brady, 39 bd de Strasbourg, Paris 10ème.
Buck Angel, une porn-star mâle, née femme, et qui l’est restée (sous la ceinture). A vérifier au Brady ce week-end lors du premier Porn Film Festival. © David Hawe
< 11'10'08 >
Buck Angel, une star du porno pas si mâle

Il faut absolument aller voir le site de Buck Angel pour y croire : l’hyper séduisant moustachu à crâne rasé, le type en cuir bien foutu aux pecs et bras tatoués qui fume un gros cigare est transgenre. On l’appelle volontiers « the man with a pussy », soit « l’homme à la chatte ». Car Buck Angel est le premier porn-star mâle à être né(e) biologiquement femme et à l’être resté(e) sous la ceinture. Mieux ! Buck juxtapose sans problème tous les stéréotypes du bômec et de la chaudasse : C’EST UNE BOMBE J’VOUS DIS ! (Calme-toi Elisabeth !)

Buck a donc grandi dans une famille américaine hypra normée et avait une stature banale de mannequin avant de céder à ses pulsions « super masculines », de prendre de la testostérone et de se faire opérer les seins, tout en gardant une vulve. Sa liberté l’a mené(e) au-delà de ces assignations de genre. Forçant, du même coup, le genre porno à se redéfinir : gay, straight, lesbien… Dans quel tiroir doit-on ranger les productions de Buck Angel Entertainment, le nom coquet que Buck a donné à sa compagnie cinématographique porno personnelle ? Buck répondait à Michael Musto du « Village Voice », en 2006 : « Les mecs gays sont totalement gyno-phobiques mais je leur ouvre des portes. S’ils me trouvent chaud, cela ne les rend pas moins gays. Parce que, comme vous voyez, je suis totalement un homme -il se trouve que j’ai un vagin. Un tas de mecs veulent baiser une chatte. Mais les femmes ne les attirent pas. » Et voilà le travail ! A constater au Paris Porn Film Festival du Brady ce week-end.

elisabeth lebovici 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 23'10'08 > par < ana 2fx ana.com >

il lui manque qu’une queue à la place du nez, et elle sera aussi laide qu’un skin head surtypé.

ana.

ps : je vais revenir et faire le nettoyage.

écrit le < 29'04'11 >

Mais que de propos délicat dans le commentaire précédent. Au fait, la transphobie, est punie par la loi. Personnellement, je prend Buck comme modèle réussite, il a fait une transition que je me permets de qualifier de "parfaite".

Un trans, et fier de l’être.