« Nature Morte » : exposition en ligne de gifs animés jusqu’au 01/02 puis accessible via les archives du site.
David Lefebvre se charge d’animer la vie de bureau à grand renfort de gifs dans l’exposition en ligne « Nature Morte ». © DR
< 15'01'08 >
Le Net ouvre la boîte à gifs

La nature morte, genre pictural qu’on croyait définitivement rangé au rayon histoire de l’art, connaît une résurrection techno via les gifs (pour « Graphics Interchange Format », « format d’échange d’images »), ces animations simplissimes où quelques images s’enchaînent à la manière d’un flip book. L’exposition en ligne éponyme, conçue par l’artiste Camille Laurelli, se joue de la spécificité de ces gifs animés, en bâtissant une forme de collection accueillie par la galerie en ligne tchèque Net Openmind Gallery. « Nature Morte », soit, mais rien de figé dans cette présentation, ni rien d’homogène, puisqu’on passe du « glitter » le plus flashy au mouvement à peine perceptible. Les artistes invités à ébaucher leur nature morte en gif, nés pour la plupart au début des années 1980, utilisent tout matériel à leur disposition : photographies, scans de dessins, bidouillage à l’ordinateur, images trouvées et détournées, pictogrammes et logos. Résultat : un joyeux fourre-tout où l’on retrouve les scènes de la vie de bureau poussées à l’absurde de David Lefebvre, les animations minimales de Serge Comte ou les logos pailletés de Clôde Coulpier.

Certains des artistes présentés dans « Nature Morte », Fanette Muxart, Clôde Coulpier, Camille Laurelli, David Lefebvre, Fabrice Croux et le commissaire d’exposition Stéphane Sauzedde), se sont associés au chercheur Nicolas Thély (dont un des textes accompagne l’exposition) pour un travail le temps de l’exposition « Basse Def » à Grenoble l’automne dernier et du livre du même nom qui vient de paraître aux Presses du Réel.

Si Nicolas Thély aborde le gif animé comme une « forme faible », d’autres artistes, comme la net-artiste russe Olia Lialina, y voient plutôt une « forme vernaculaire », qui renvoie à l’histoire du Web et du webdesign. C’est en 1987 que le format gif a été créé par l’entreprise américaine CompuServe, fournisseur d’accès dans les années 80 et 90. En 1989 est ajoutée la possibilité de stocker plusieurs images dans un même fichier, permettant la création d’animations. Déjà en 2006, Marisa Olson avait proposé une exposition, « The Gif Show » qui faisait la part belle à une certaine attirance pour le « lo-tech », l’utopie, la nostalgie (dont on retrouve des traces ici) et rassemblait des artistes de la scène 8-bit. Cory Arcangel y proposait ses nuages sans Mario, le collectif Paper Rad faisait flasher les couleurs, Olia Lialina dansait... Le gif animé, support artistique incontournable ? L’artiste brésilienne Giselle Beiguelman les aiment tellement qu’elle en a empruntés à ses net-artistes préférés pour son projet « I Love Your Gif ». On n’a pas fini d’aimer les gifs.

anne laforet 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 3 > commentaires
écrit le < 17'01'08 > par < nicolas 5Ah frespech.com >

En lisant cet article, je ne peux m’empêcher de penser au travail de Claude Closky : Manège présenté au Centre Pompidou en 2006 et composé d’écrans sur lesquels étaient diffusés de petites animations réalisées en .gif animé. Lien : http://claude.closky.online.fr/doc/centre_pompidou_2006/

J’ai posé la question à Claude Closky. Extrait de sa réponse : "Les images affichées dans les écrans plats, une par une d’écran en écran, étaient des gifs animés, qui présentaient chacun une action menée du début à son terme. Je les ai réalisés à partir de de gifs animés et de films trouvés sur le web, ou créés de toute pièce."

écrit le < 21'03'09 > par < Gino uL9 big.fr >
On doit aussi à Closky d’autres oeuvres basées sur le Gif animé comme Television (2002), avec 10 000 animations !
écrit le < 27'04'10 > par < mister.n oto laposte.net >
J’ai retrouvé les traces de quelques créations présentées dans ce texte, certains liens étant mort. Nature morte : http://sergecomte.free.fr/lundi/mardi/mercredi/jeudi/vendredi/samedi/nature morte_exposition.html