C’était comment la deuxième Wi-Filles Party, réunion des blogueuses le 4/04 au Paris-Paris ?
Une wi-fille, nouvelle femme sandouiche du Web, vendredi au Paris-Paris. © DR
< 07'04'08 >
« Wi-Filles », le gang des potiches

A deux pas de l’Opéra, le Paris-Paris, boîte de nuit plutôt prisée, accueillait vendredi soir 4 avril la seconde édition de la Wi-Filles. Comme son nom l’indique, un truc de filles connectées sans fil, mais outrageusement parrainées. Juste en franchissant le seuil de l’endroit, on a pris 15 ans d’un coup. Partout, des jeunes filles en fleur, toutes blogueuses apparemment, et très sûres de participer à une révolution sociale énorme.

Lilli est une antiquité parmi les blogueuses : elle en tient un depuis 1999. Si vous voulez vraiment savoir ce que journal intime en ligne veut dire, consultez-le. On y trouve de tout… c’est à dire pas grand-chose. Lilli s’en fout, elle attire 4000 visiteuses par mois. Elle peut donc pratiquer l’article sponsorisé et ne voit pas en quoi c’est gênant. Selon la longueur de l’article, elle touche entre 15 et 50 euros pour prodiguer moult conseils orientés. Elle est une cible à séduire pour les marques, mais c’est limite incompréhensible. Elle vient de créer un modèle du genre inepte : deux posts en deux mois, une photo de cheval monté … Quand on voit ça, comment célébrer Internet ?

On a discuté avec quelques filles, Vodka Tonic, Jaaade, Shanyss … Toutes « adooorent » écrire et raconter leurs trépidantes existences. Elles étaient très contentes d’être là, puis sont reparties avec un bon pour se faire maquiller dans une boutique M.A.C., un mini-shaker fluo pour reconstituer les cocktails d’un autre sponsor (Cointreau). Jaaade de Paris nous livre un compte-rendu assez révélateur sur son blog… Elle se dit déçue par le manque d’activités, regrettent que les chéris n’aient pu accompagner leurs blogueuses de chéries… Ca vaut le coup de lire leurs compte-rendus (ici et aussi ) : manque d’activités, on ne s’entendait pas, rien à manger, qui est qui…

Faut dire qu’on ne la leur fait pas à ces adeptes des sorties sponsorisées. Souvent conviées à des avant-premières, des soirées, leurs commentaires et prescriptions sont attendus avec fébrilité par les organisateurs. Elles sont les nouvelles femmes sandouiches de la Toile et en sont ravies, car au pays des moutons, la blogueuse a tout d’une reine. Mais ce n’est qu’un avatar du « street-marketing », vieux concept élimé qui poussaient les fabricants de baskets à offrir une paire de leur nouveau modèle au caïd du quartier, qui, grâce à son statut de petite frappe, était couronné prescripteur de nouvelles tendances.

Les sponsors, eux, se régalent. Avec ses collègues en rang d’oignon le long de la piste, Youssef attend que les filles s’installent en face de lui. Il nous pose plein de questions débiles (« Ta copine vient de se faire larguer, elle a besoin de toi, tu fais quoi ? ») et nous révèle que son questionnaire va déterminer à quel point on est une fille « illimitée, c’est à dire sans limites » précise-t-il, la fossette sculptée dans la joue. On le sent très concentré. Faut dire qu’il avale les Cointreau-politain à la chaîne. Mais Youssef n’est pas un type intéressé, il travaille pour Ten by Orange, un des sponsors de la soirée. Car chez Ten by Orange, il y a probablement eu plusieurs brainstormings intensifs pour déterminer, « qu’est-ce qu’on pourrait bien inventer de sympa pour la soirée Wi-Filles ? ». Et hop, après trois réunions, ils tenaient leur concept : des « illimited dating », basés sur les fameuses rencontres amoureuses en sept minutes, mais avec rien d’autre au bout qu’un pin’s et la sensation d’avoir perdu son temps. Pire : un énorme foutage de gueule même pas drôle. Mais Ten by Orange se devait de vendre son « forfait illimité, vraiment illimité ». Ou du moins d’essayer.

laure noualhat 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 08'04'08 > par < matt GVm blogsbd.fr >
Je pense que cela doit être 4000 visiteuses par jour car 4000 par mois c’est le score d’un blog débutant.
écrit le < 09'04'08 > par < alex_paris3 6id yahoo.fr >
Je vous trouve insultant avec les blogueuses, et concernant la présence des marques, je ne vois pas ou est la polémique. Sortez de chez vous, sortez le soir, vous verrez bien que les événements organisés sont le plus souvent sponsorisés. Ou alors les participants paient l’entrée et/ou les boissons, et souvent très cher. Les sponsors ne se régalent pas du tout, c’est prendre les blogueuses pour des imbéciles que d’écrire cela. Une blogueuse écrit ce qu’elle a envie sur son blog, et ce n’est pas parcequ’une marque participe à un événement qu’elle va avoir droit à des publi-rédactionnel gratuits. Je crois que vous parlez d’un monde que vous ne connaissez franchement pas, et vous en parlez de manière très hautaine.