"l’homme numérique nomade",, du 19 juin au 13 juillet 2007. A l’espace Landowski, 28 avenue André-Morizet, Boulogne-billancourt. Tous les jours, de 8h à 21h (sauf jours fériés).
Le secrétaire, le président et le trésorier de l’association WDA se préparent à opérer de vieilles machines dans leur "laboratoire" du XVIIe arrondissement de Paris. © DR
< 25'06'07 >
Vieilles bécanes à tous les étages

2007, l’odyssée de l’informatique ? Les passionnés qui tentent de garder intacte la mémoire de l’ère numérique font rarement parler d’eux hors du cercle des initiés. Les nerds auraient-ils décidé dette année de sortir du placard ? Après la création du premier Musée de l’informatique, voilà qu’une autre association, WDA, retrace dans son exposition "l’homme numérique nomade", à Boulogne-Billancourt, plus de trente ans d’informatique portable ou transportable.

Ces trentenaires, qui revendiquent onze ans d’association, ont commencé leur collection en 1988 : c’est dire si leurs greniers recèlent bien plus (voir l’inventaire impressionnant de leurs collections) que la centaine de pièces présentées à Boulogne. Mais cette sélection a tout de même de quoi faire rêver les aficionados et les nostalgiques, qui se pâmeront devant les calculatrices programmables Commodore, les consoles de poche Lynx ou Game Boy et bien sûr les premiers ordinateurs portables.

Particularité de ces antiquaires d’un genre nouveau : ils ne se cantonnent pas à la collection de pièces. Dans leur atelier parisien, ils bichonnent, restaurent et fourbissent leurs dernières trouvailles pour ramener leur stock à la vie ; la quasi-totalité de leur demi-millier de pièces serait ainsi en parfait état de marche. L’exposition est pour eux un moyen de se faire connaître et d’approcher d’un peu plus près leur rêve de monter un musée de l’informatique et des jeux vidéo. Poptronics a croisé à la soirée de vernissage les amoureux de ces bêtes d’un autre âge. Ils se souviennent.

mathias cena 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 25'06'07 > par < lozano ohj provisoire.com >
Les ordinosaures !!! comme j’aime le rappeler lorsque les machines n’ont plus aucune utilité pratique (parce que obsolètes) alors elle ne peuvent plus avoir qu’un fonction poétique, c’est la vertu du temps qui passe, la vertu de pacifier la techique. loz from http://palaisdetokyo.org
écrit le < 01'02'08 > par < caussequejc vaa wanadoo.fr >
Désolé d’apporter la contradiction : un ordinateur, fût-il ordinosaure, conserve sa puissance de calcul. Quand les USA ont frappé d’embargo sur l’informatique moderne l’Inde, comment croyez-vous que celui-ci a été contourné ? Tout simplement par l’acquisition et la mise en cluster d’ordinosaures qui, eux, n’étaient pas inclus dans l’embargo.