« Big Ideas : Don’t get any » remix de « Nude » de Radiohead par James Houston à voir sur son site et ci-contre.
Radiohead à Bercy, les 9 et 10/06, complet, les 14 et 15 à Nîmes complet, le 6/07 à Arras.
James Houston vient de finir ses études en arts visuels à Glasgow, son remix de Radiohead lui a servi de projet de fin d’études. © DR
< 09'06'08 >
Radiohead Spectrumisé

« Ça ne sonne pas terrible, mais ce n’est pas le but », prévient James Houston en guise d’explication à son remix de « Nude », titre du dernier album de Radiohead (« In Rainbow »), que d’aucuns découvriront live ce soir et demain mardi à Paris (c’est complet). Un remix que le jeune artiste n’a pas pu terminer à temps pour le concours organisé par le groupe sur son site, un concours lancé comme une blague et qui a quand même attiré 2,5 millions de visiteurs pour départager les 2 254 propositions... Mais que le groupe, pas bégueule, donne à entendre. Normal, l’originalité de la démarche le distingue de toute façon. James Houston, tout juste diplômé des beaux-arts de Glasgow (Glasgow School of Art’s visual communication), prend le groupe à son propre jeu de fin connaisseurs des nouveaux médias : leur opération coup de poing anti-majors de l’automne ferait presque oublier que leur blog, Dead air space, est l’un des plus informés du moment.

« Nude », composé en 1996 mais sorti sur l’album paru fin 2007 de Radiohead « In Rainbow », est plutôt atypique et pas du tout propice au remix, selon James Houston, qui explique que « les musiques jouées dans les clubs tournent autour de 120 bpm et sont à 4 temps », contre du 63 bpm dans ce cas. Sorte de pari stupide que le brillant élève a pris au pied de la lettre, recomposant la mélodie à partir de vieux appareils de l’informatique d’antan, un Sinclair ZX Spectrum pour les guitares, une imprimante à point Epson pour les percus, un scanner HP pour la basse et des disques durs transformés en « mauvaises enceintes » pour les voix.

Le résultat ? Bluffant, « brillant » même, commente Colin Greenwood de Radiohead sur leur blog, qui avoue avoir ressenti un moment de « flashback Spectrum » à la vision de ce remix low-tech. Depuis la « Symphonie pour imprimantes matricielles » des Canadiens The User, rarement vieux hardware avait été si intelligemment détourné. Radiohead inspire de toute façon bien au-delà du cercle des amoureux de sa pop planante, à preuve la version de « Paranoid Android », pour fanfare à percussions de l’université du Massachusetts qu’on peut entendre ici.

« Big Ideas : Don’t get any », remix de « Nude » de Radiohead par James Houston :

annick rivoire 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 1 > commentaire
écrit le < 09'06'08 > par < vj.emtv fK7 gmail.com >

quel buzz pour ce remix !! il est de toutes les chroniques aujourd’hui (et pour cause, certes...) - une bien agréable découverte en tout cas quand on est à la fois fan de Radiohead et de détournements low-fi (low-fi qui prend aussi parfois la forme du "circuit bending"... d’ailleurs j’en profite pour passer le mot : du circuit bending à voir et à entendre le 28 juin à Lille avec les disjonctés de Toys’r’Noise avec qui le crew Strap-on dildoS formera une Sex Toys family éphémère pour des performances encore inédites...)

A bientôt ! Et merci, pour ce poptronics toujours aussi agréable à lire, et pour tsugi aussi ;)