Gimme five, les 5 sites favoris de Thomas « Tom Tom » Schmitt, artiste urbain collé au M.U.R., auteur de « Qu’est-ce que l’échantillonnisme ? » (à paraître), en ce moment dans le cadre de l’exposition « Un éternel FAUCHEUR efface les tableaux noirs des calculateurs », jusqu’au 6/12 au STUDIO 55, 55 rue Meslay, Paris 3e.
"Tom Tom" Schmitt, échantilloneur, artiste urbain face à la caméra de Systaime. © DR
< 18'11'08 >
Pop’surf’ Tom Tom, échantillonneur d’art urbain

Tom Tom est habituellement plutôt du genre à lacérer les affiches en 4X3 de la capitale qu’à raconter ses navigations sur le réseau. Thomas Schmitt de son vrai nom a théorisé sa pratique de l’art urbain, à la frontière de l’hacktivisme (ses victimes sont les publicités du quartier Oberkampf dans le 11e parisien, qu’il déchire et recouvre inlassablement depuis avril 2000). Il est l’un des théoriciens de l’Internationale échantillonniste et occupe le poste de secrétaire de l’association M.U.R. (Modulable, Urbain, Réactif), qui précisément en squatte un, de mur, rue Oberkampf à côté du café Charbon, pour y exposer l’art urbain sous la houlette de Jean Faucheur.

Pour Systaime, vidéaste et VJ, remixeur hors pair, il évoque ses cinq sites du moment, son Gimme five à lui, évidemment passé à la moulinette esthétique échantillonniste. Le tout via Skype, avec les aléas techniques de système de téléphone via le Net.



Ses cinq sites :

1) Google.

2) Skybeurk, les perles des Skyblogs.

3) Kopikol .

4) Framepool, banque d’images.

5) Rapidojeux, jeux gratuits en ligne.

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 19'11'08 > par < lk GH4 lk.tk >
bien sûr le monsieur en question ne choisit pas les panneaux pubards par hasard et privilégie les endroits boboïsés à outrance. Ce gars est un imposteur. En plus de n’avoir aucun talent. Putain de cynique... LK
écrit le < 27'11'08 > par < THTH eFb noos.fr >
J’ai du respect pour Tom Tom que j’ai soutenu à sa performance-conférence assez juste (car ni trop sérieuse encore moins prétentieuse) au Studio 55 la semaine dernière dans le cadre de l’expo de Jean Faucheur. Beaucoup ris également à la vision de ce Gimme Five : surtout pour sa notion de "hardcore gaming" et sa triple frustrafion... avant le bégaiement poétique du mot "participatif" (comme si ce mot passait mal en ce moment sur le web 2... je dirais le web enculatif. CQFD) était bonnard. Longue vie à Tom² et bravo pour son travail qui n’a jamais été récupéré par aucune galerie et pourtant le processus est remarquable en tous points de vues de l’esprit et du regard. Salut l’artiste sans œuvres ;-)