Arte +7, lancement le 1er octobre.
RTL Autrement , en ligne.
RTL l’Equipe, sur l’equipe.fr, rtl.fr et rtl-l’equipe.fr, lancement le 8 octobre.
Arteradio, nouveau site le 25 septembre.
Libé laB.O., lancement le 22 octobre, sur Liberation.fr.
Exclusif : le nouvel habillage du site ArteRadio, pionnier du podcast en France, cinq ans déjà... © DR
< 07'09'07 >
Plus ou moins Net, les grands médias

Du son et des larmes, des images et du sang : la rentrée des grands médias (télés, presse, radio) a un goût plus Net, cette année. RTL et l’Equipe qui lancent une webradio commune, Arte qui propose ses émissions à la carte gratuitement sept jours après leur diffusion, Libé qui mitonne sa webradio ou France2 qui réfléchit à un flash toutes les demi-heures online… Tout bénef pour l’internaute, qui va trouver là davantage de grain à moudre (parce que les millions de blogs, c’est bien, la tartichiées de Myspace c’est cool, mais le contenu de qualité, c’est plus rare en notre internet français).

La même chose, mais personnalisée

La tendance naturelle, c’est l’extension de son métier sur le Net : Arte a annoncé le lancement au 1er octobre de Arte +7, un service à la carte qui permettra de visionner une sélection des programmes de la chaîne une semaine après leur diffusion, et gratuitement. Une chouette initiative pour tous les réfractaires aux rendez-vous programmée : Arte Reportage, le journal de la Culture, Arte Info, 360°, Géo, le dessous des cartes, Karambolage, Metropolis et Tracks seront ainsi disponibles quand on veut. Gottfried Langenstein, Président d’ARTE, balance les grands mots : “nous proposons un nouveau concept de télévision personnalisée où le téléspectateur a toute la liberté de regarder les programmes, aussi souvent qu’il le souhaite”. Nouveau, pas si sûr, mais offrant davantage de personnalisation, oui.

C’est sensiblement la même chose que propose RTL avec sa “nouvelle façon d’écouter RTL” : “Bouvard le matin ou en début de soirée, Julien Courbet au déjeuner” (pour couper l’appétit ?), en gros, du streaming personnalisé (RTL avait déjà une politique de podcast plutôt copieuse). L’offre “autrement” devrait attirer les internautes rivés à leur écran et qui passeront d’un flash sport à une page météo, décalés de 5 minutes à plusieurs heures. L’ergonomie est un poil compliquée (on peut écouter la radio en direct sur le Net, ou accéder à ces directs décalés à l’aide d’une grille peu lisible : ainsi, l’émission de Nicolas Poincaré On refait le monde passe sur l’antenne à 14:05 et peut s’écouter en ligne à 2:05).

La même chose, mais différente

L’autre grande tendance online des grands médias, c’est la diversification de l’offre. Autrement dit, faire autre chose, apporter une information adaptée au média internet. Comme France 2 qui prépare, selon le site imedias, une refonte du site info avec flashs vidéo toutes les heures. Comme Arte avec sa créature sonore ArteRadio, la webradio aux 50% d’auditeurs de moins de 35 ans qui fête ses cinq ans avec un tout nouveau site, plus ergonomique, plus interactif, en ligne le 25 septembre et dont Silvain Gire, “très très fier de sa grille”, détaille en exclusivité pour poptronics les grandes lignes : “un site plus clair, plus dynamique, plus éditorialisé, avec un vrai forum bien habillé et une ouverture vers la création sonore d’autres acteurs, type France Culture ou la future radio participative du Projet101, Radio 10001”. Toujours en Creative Commons, les podcasts offriront également une meilleure qualité sonore (256 Kbps, niveau qualité CD). Avec son slogan "écoutez pour mieux voir", la radio de la création mitonne quelques friandises sonores dont poptronics devrait logiquement reparler bientôt. Gageons que la "saison 2 du Bocal, de Mariannick Bellot, "feuilleton-blog sur la vie de bureau d’une jeune femme en CDD confrontée à un collègue tentaculaire", que les créations de Radio Mentale, Anton Mobiin ou encore la première fiction radio de Jules-Edouard Moustic (Groland) devraient permettre à la pionnière du podcast en France de conserver haut la main sa longueur d’avance, puisque, comme le rappelle Silvain Gire, "pour la première fois dans l’histoire de la radio, un paysage sonore, une fiction ou un documentaire s’écoutent comme une chanson".

Coaché par ArteRadio (formation, conseil, conception du studio radio), le quotidien “Libération”. prend online le virage audio-vidéo. Nom de code “Libé laB.O.” (comme la bande originale), lancement prévu aux alentours du 22 octobre. Ce devrait être « le laboratoire audiovidéo de Libération, pour mêler les cultures de l’écrit, du son et de l’image », explique son responsable Florent Latrive. Une bêta version est attendue courant septembre, avec préfiguration des contenus à voir et entendre sur le site du quotidien. Au menu de ce mix (audio, vidéo et diaporamas sonores), politique et actu, culture « moderne » (jeux vidéos, séries TV, mauvais genres littéraires, cul), playlist musique, Polémix et la Voix Off…

Enfin, la prime de l’originalité revient… à RTL et l’Equipe, qui mettent leurs ressources en commun pour lancer une webradio. Les compétences radio d’un côté, sportives de l’autre, en font un projet curieux : deux responsables éditoriaux, l’un de l’Equipe, l’autre de RTL, travailleront au mariage des genres, pour une grille 100% sportive (flashs sportifs de RTL, retransmissions couplées…). Axel Duroux, président de RTL, en présentant sa grille de rentrée jeudi 6 septembre, a qualifié l’opération de “majeure”. En attendant une fréquence, RTL l’Equipe sera diffusée sur trois sites à partir du 8 octobre : l’equipe.fr, rtl.fr et rtl-l’equipe.fr (jusqu’en mars 2008).

annick rivoire 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 1 > commentaire
écrit le < 10'09'07 > par < maurice.zekli Acs free.fr >
Et est-ce que cette ruée sur le Net signifie que les journalistes sont plus ouverts aux nouvelles technos ?