Of Montreal en concert à la Maroquinerie, le 14/12 à 19h30, 23, rue Boyer, Paris 20e (complet).
Album : « Hissing Fauna, Are You The Destroyer ? » (Polyvinyl).
La troupe Of Montreal autour du chanteur guitariste Kevin Barnes.© DR
< 14'12'07 >
Of Montreal affole les boussoles

Of Montreal en concert, c’est un circus rock’n’roll empli de zozos vêtus de lamés trash-glam, synthés pourris et guitares en avant, au service de l’homme-lige Kevin Barnes, qui termine rarement habillé ses furieuses prestations. Leur musique, folle-dingue et colorée, notamment le dernier album paru, « Hissing Fauna, Are You The Destroyer ? », vrai chef-d’œuvre de pop baroque , s’insinue dans nos oreilles depuis une bonne décade. Elle fait partie du petit panthéon des œuvres mille-feuilles, où se bousculent bruyamment les univers beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît des Byrds et des Flaming Lips, c’est-à-dire une zone à la fois précise (un rock néo-psychédélique s’abreuvant aux sources Nuggets avec une base folk) et floue (entre le début et la fin d’un morceau, des tonnes d’aventures peuvent arriver).

On sait que Of Montreal n’est pas du tout originaire du Canada, pas plus que Architecture In Helsinki n’est finlandais (mais australien), aperçu du jeu de dupe dont se délecte le groupe depuis ses origines. Parce qu’il était un groupe local parmi tant d’autres, on l’a longtemps affilié à une scène néo-psyché américaine, située à Athens (Georgie), la terre de REM. En 1995, alors que le grunge commence à les briser menu à tout le monde, une poignée de groupes (Elk City, The Olivia Tremor Control, Beulah...) entreprend de réactiver un rock incisif, certes tourné vers le rétroviseur 60’s, mais bel et bien de son époque. Apples In Stereo a été le groupe emblématique de cette scène dite « Elephant 6 », mais c’est Of Montreal qui s’est avéré le plus imaginatif au fil de l’histoire pas banale de son leader. Tiraillé entre les pays et ses amours contrariées, Kevin Barnes dévide ses aventures géographico-sentimentales d’une voix perchée, dans des chansons gigognes aux titres surréalistes (« The Past Is A Grotesque Animal » ou « Advice From A Divorced Gentleman To His Bachelor Friend Considering Marriage »), et c’est pas triste.

Aperçu de l’univers subtil et dingo de Of Montreal.

Clip bricolo de « Suffer For Fashion » (réalisé par Sigrid Astrup) :

Reprise quasi-punk de l’hymne de Os Mutantes, « Bat Macumba » :

Version acoustique de « The Past Is A Grotesque Animal » (le tube disco-schizo de « Hissing Fauna, Are You The Destroyer ? ») :

benoît hické 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 16'12'07 > par < boomybx oco hotmail.fr >
Fort possible. C’était juste parfait. Avec autant de perles sur les deux derniers albums, il est aisé de faire une setlist (que j’ai dans ma main) de très grande qualité. Et en début de concert, cet hymne intemporel : The Past Is A Grotesque Animal.
écrit le < 17'12'07 > par < count53rdman 3Gt gmail.com >
Plus jubilatoire qu’oM live en 2007, c’est impossible. Commencer un concert par "The Past Is A Grotesque Animal", leur morceau le plus fort (et le plus obsédant de la décennie, je me lance), c’est gonflé. Et ne pas baisser d’un ton ensuite, c’est très fort. Vivement la suite. PS : L’auteur(e) du premier commentaire peut-il (elle) faire péter la set-list ? Merci...