Le manga et Miyzaki sont-ils passés de l’autre côté de la force ? Alors que la pop culture japonaise sera cette année encore à l’honneur du 58e festival de BD d’Angoulême, du 28 au 31/01, le chercheur à l’université Meiji de Tokyo Kaichiro Morikawa revient sur les fondements de la culture otaku, l’équivalent des geeks occidentaux.
L’évolution grand public des personnages des œuvres d’Hayao Miyazaki, selon le chercheur en culture otaku Kaichiro Morikawa. © Kaichiro Morikawa
< 26'01'10 >
« Miyazaki, c’est devenu du Disney »

(Tokyo, envoyé spécial)
Le manga est-il voué à rejoindre sur les rangs des bibliothèques les incunables et autres classiques de la littérature ? Tandis que pointe la 58e édition du festival de BD d’Angoulême, du 28 au 31 janvier, qui met en valeur cette veine graphique japonaise, poptronics est allé interviewer un maître de la culture otaku au Japon, très remonté contre les tentatives de son propre gouvernement pour mettre en scène cette culture composée de mangas, d’anime (l’animation japonaise, prononcé « animé »), de films, musique, jeux et autres gadgets électroniques. « Le gouvernement s’y intéresse maintenant car elle a du succès à l’étranger, lâche Kaichiro Morikawa, maître de conférence à l’université Meiji de Tokyo. Mais il essaie de séparer le bon et le mauvais dans l’animation, ce qui endommage toute la structure de la pyramide culturelle. »

Kaichiro Morikawa, architecte et chercheur en science otaku, ne cache pas son agacement devant les tentatives de Tokyo de surfer sur cette pop culture. Deux exemples pour s’en convaincre. En octobre dernier, au CoFesta (Contents Festival) de Tokyo, le très officiel festival de l’industrie de contenus, la culture otaku, du nom de cette catégorie de fans plus ou moins équivalents à nos geeks occidentaux, que leur passion garde cloîtrés chez eux (en japonais, otaku signifie littéralement « votre maison »), était largement absente alors que le gouvernement misait sur cette manifestation pour vendre au monde entier sa culture populaire. Fin décembre en revanche, et trois jours durant, une partie de l’archipel a vibré à l’unisson du Comiket (contraction de « Comik Market »), une gigantesque foire aux otaku organisée deux fois par an à Tokyo.

Schizophrénie japonaise ? Dans le même temps, une majorité des habitants de l’archipel méprise ce passe-temps pour adolescents. Les otaku ont plutôt mauvaise presse dans l’Archipel, depuis qu’à la fin des années 1980, le terme s’est trouvé associé à l’enlèvement et au meurtre sauvage de quatre petites filles par un jeune otaku. Des milliers de cassettes vidéo de japanime et de films pornos avaient été trouvés chez lui.

Indécente, mais exportable
« Les mangas, les anime et les jeux font partie de que l’on appelle la culture otaku, pop culture ou sous-culture, celle qui était jugée indécente avant, explique Morikawa. Et le gouvernement ne veut surtout pas être accusé de la défendre. » Et le grand potentiel d’exportation de cette pop culture a surpris le public nippon : « Malgré l’amusement des gens, teinté d’un brin de condescendance, cela a un peu changé leur perception de leur propre culture. Mais ce n’est pas une révolution : la culture otaku est toujours impopulaire au Japon. »

L’ancien commissaire du pavillon japonais à la Biennale d’architecture de Venise en 2004 dénonce néanmoins le glissement général de la pop culture vers le grand public. Une contre-culture assimilée, digérée et affadie par la culture de masse. Premier à subir ses attaques, le pape de l’animation japonaise Hayao Miyazaki. « Il a été découvert par les otaku, puis a basculé dans le mainstream, comme bien d’autres, pour être adoubé par le grand public. » Morikawa exhibe alors une de ses recherches montrant l’évolution physique des différents personnages du maître, depuis le « Château de Cagliostro » en 1979 jusqu’au « Voyage de Chihiro » en 2001. « Petit à petit, ses personnages de princesses et de très belles femmes sont devenus de moins en moins idéalisés, de plus en plus normaux et grand public. » Comprendre : de plus en plus éloignés des canons esthétiques des otaku. Le défenseur de la cause otaku lâche alors la phrase qui tue : « C’est devenu l’équivalent de Disney. »

Une culture ex-nihilo
D’ailleurs, les « vrais » otaku, marginaux et créatifs, militent pour qu’une partie de la culture reste dans le domaine « indécent », poursuit Morikawa. Le chercheur brosse alors le portrait du otaku type, le nerd du fond de la classe, impopulaire auprès des filles, fondu d’informatique et de jeux vidéo mis au ban de sa jeune société. Un phénomène qui, loin s’en faut, n’est pas exclusivement japonais : « La différence avec les autres pays, c’est qu’ici ils ont créé ex-nihilo tout un domaine culturel. » Le Comiket, où exposent en majorité des mangakas, développeurs et compositeurs amateurs, en est la parfaite illustration. Partout dans le monde, les geeks achètent des produits de geeks, alors qu’« ici, les otaku ont la possibilité de créer. »

« Les simulations de dating, les mangas porno, les personnages féminins aux courbes généreuses qui paraissent très jeunes et font hurler à la pédophilie, tout cela fait partie du domaine otaku, explique Morikawa. Mais il s’agit simplement d’un style graphique. Tout comme Disney a adapté les contes européens en éradiquant leur contenu sexuel, les Japonais ont en quelque sorte effectué la transformation inverse, pour créer un genre nouveau et original. »

mathias cena 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 31'01'10 > par < jn BMw hyperbate.fr >
Aussi mignon que soit le film, Disney n’aurait jamais sorti "Ponyo sur la falaise". Je trouve l’oeuvre de Miyazaki extrêmement cohérente, de Conan Fils du Futur et Heidi à ses films les plus récents, du coup je ne comprends pas bien l’accusation.
écrit le < 06'04'11 > par < caylayratz dpr hotmail.fr >

Euh le truc des personnages qui deviennent tout public avec le graphique c’est vraiment n’importe quoi, je vois pas en quoi vous voyez avec une illustration qu’un personnage devient tout public.

Que ses oeuvres soient universelles (depuis le début) oui, qu’il adopte un style plus tout public (un style qu’il a fondé et qui est presque la norme pour tous les films d’animation japonais, d’ailleurs, hurm), pourquoi pas. Mais alors ça, ça veux rien dire du tout.