Jouer sur son téléphone n’est plus réservé à une fraction de geeks ultimes. Face à l’explosion de la demande, notamment pour l’iPhone, poptronics a mené l’enquête et a concocté une sélection des meilleures applications ludiques pour smartphones.
Dans « Depict », il faut prendre en photo ce que l’on a sous la main pour se rapprocher de l’image de base (ici, un rectangle mauve). ©DR
< 12'08'09 >
Je décroche pas, je joue

(Pop’archive). C’était il y a très, très longtemps. C’est-à-dire quelques mois. Les portables servaient alors essentiellement à téléphoner. Les jeux avaient certes nettement évolué depuis le premier « Snake », mais avaient du mal à convaincre un public très large. Aujourd’hui, le téléphone a muté en terminal pour joueurs. Avec la popularisation des smartphones, leurs écrans plus grands et tactiles et leurs accéléromètres qui détectent l’inclinaison de l’appareil, la donne a changé. Des jeux presque gratuits (s’ils ne le sont pas, ils coûtent entre 1 et 5 euros) et des plates-formes de téléchargement simples d’utilisation ont trouvé leur public : entre fin 2007 et fin 2008, le nombre de téléchargements de jeux sur smartphones a triplé, selon ComScore, en même temps qu’il chutait de 15% sur les mobiles traditionnels. Petite sélection pop’subjective.

C’est l’iPhone qui tire le mieux son épingle du jeu : près d’un tiers des possesseurs du mobile de Steve Jobs ont téléchargé au moins un jeu en novembre dernier, contre 3,8% pour l’ensemble des téléphones. Il faut dire qu’Apple a le mieux flairé la tendance, en lançant en juillet 2008 l’Appstore, sa plate-forme de téléchargement accessible notamment via iTunes, ainsi qu’un kit de développement pour la création d’applications. Et comme n’importe qui peut proposer son programme après s’être acquitté d’une licence à 100 dollars, l’offre a littéralement explosé. Ceci dit, trouver les meilleurs jeux parmi plus de 20.000 applications (dont 5.000 nouvelles ces cinq dernières semaines), avec des critères de recherche limités, n’a rien d’un divertissement. Un projet d’Appstore « premium » pour une sélection de jeux vendus aux alentours de 20 dollars serait d’ailleurs en chantier.

La censure obscure de l’Appstore

Les critères de sélection sont parfois opaques : « Prohibition 2 : The Dope Wars » a été renommé « Candy Wars » pour passer le filtre d’Apple, alors que l’application-boîte à pets « iFart » n’a pas rencontré de résistance. Et si les censeurs de l’Appstore ne sont pas toujours regardants avec les droits d’auteurs (des classiques d’arcade sont ainsi acceptés, puis retirés de la circulation comme « Duck Hunt », de Nintendo), le jeu « MyShoe », simulation de lancer de chaussure sur l’ancien président Bush, a été recalé sous un prétexte peu convaincant.

On trouve sur l’Appstore du très bon et du très (très) mauvais, du casual game chronophage à l’OVNI loufoque, le tout le plus souvent en version d’essai gratuite. Des jeux qui ne paient pas de mine se révèlent parfois excellents. C’est le cas d’« Archibald’s Adventures » (3,99 €), un petit jeu de plate-forme aventure puzzle qui propose une jouabilité millimétrée, ce qui explique peut-être qu’on puisse y passer des heures. « Payback » (3,99 €), qui se présente comme un clone de « GTA » (du moins des deux premiers épisodes, vus de dessus), peut paraître présomptueux. Après une courte période de prise en main –pas facile de courir, tirer sur les passants, voler des voitures et semer la terreur dans une ville sur un écran de 7x5 cm–, le jeu se révèle étonnamment fluide et fun.

« Payback », Apex Designs :



« Tiki Towers » (« Tours de singes » dans sa version française à 0,79€) est un mélange sucré de « World of Goo » et de « Lemmings » où les protagonistes sont des singes qu’il faut aider à ramasser des bananes en construisant des édifices de bambou. Le graphisme est mignon et les structures branlantes sur lesquelles s’épouillent les macaques réagissent de façon réaliste.

« Tiki Towers », RealArcade :



Outre « Rolando » (3,99 €), dont on a déjà parlé ici, certains titres utilisent à merveille les possibilités de l’écran tactile multitouches de l’iPhone. Ainsi « Edge » (3,99€), récompensé au Festival du jeu vidéo de Paris à l’automne dernier, où l’on fait « rouler » un cube du bout du doigt ; « Topple » (gratuit), un « Tetris » devenu fou où le but est d’empiler le plus haut possible des pièces biscornues, ou « Crayon Physics Deluxe » (3,99 €), petite perle indé dont la version pour PC avait raflé le plus gros prix au dernier Independent Games Festival (IGF).

« Edge », de Mobigame :



Avec cette facilité pour les créateurs à publier (Apple reverse 70% des recettes aux auteurs), le jeu indépendant est très présent, à une qualité pas toujours constante. Pour tenter de s’y retrouver, l’IGF, qui aura lieu cette année du 23 au 27 mars à San Francisco, propose pour la deuxième fois une déclinaison pour téléphones mobiles, qui concerne essentiellement l’iPhone.

Parmi ces jeux indés à surveiller, le prometteur « Depict », multijoueurs, qui demande de photographier des formes et des couleurs particulières, ou l’incompréhensible « Ghostwire », sorte de chasse aux fantômes dans son propre appartement, tous deux tirant parti de l’appareil photo du téléphone, et enfin l’épuisant (à en voir la vidéo ci-dessous) « FastFoot Challenge », dans lequel il faudra mouiller le maillot. Et sans doute le téléphone.

« Ghostwire », A Different Game :



« FastFoot Challenge », Urban Team :

Cet article a été publié la première fois le 24 février 2009.

mathias cena 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 4 > commentaires
écrit le < 25'02'09 > par < mister.n hqu laposte.net >
Et le concurrent Nokia avec sa console virtuelle N-Gage ?
écrit le < 27'02'09 > par < maximilien.thiel WaH free.fr >
La N-Gage ? Morte et enterrée depuis longtemps, non ?
écrit le < 28'02'09 > par < mister.n TXa laposte.net >
Et bien pas vraiment, le téléphone console oui ok, mais tous les nokia sont équipés maintenant de N-gage vituel c’est à dire comme une application comme les autres.
écrit le < 01'03'09 > par < maximilien.thiel YL2 free.fr >

erf, pas mon 6301 visiblement. De toute façon, il n’est physiquement pas adapté pour cela…

Un écran de la taille de celui d’un iPhone reste un gros avantage pour le jeu. Bien que l’interface uniquement tactile soit parfois enquiquinante, ou du moins très mal pensée : dur de jouer à un shmup avec les doigts devant l’écran !