Lift France 2010, du 5 au 7/07 à Marseille, conférence internationale sur l’innovation et les technologies du Web. Théma 2010 : « dot.Real, Changer le monde (réel) par le web ! ». Nicolas Frespech, net-artiste et chroniqueur poptronics, en revient.

Mimi Parcours, installations et performances, du 1er au 14 juillet 2010 (accompagnant le festival Mimi dont poptronics est partenaire (concours pour gagner deux places gratuites par soirée, jusqu’au 11/07, en envoyant un mail à info@poptronics.fr). Accès libre.

Broderie open source de logos pas open source, au Lift à Marseille. © Nicolas Frespech/Licence Art Libre
< 09'07'10 >
Nicolas Frespech, retour de Lift

(Marseille, envoyé spécial)

Cette année, la conférence Lift s’est installée au Théâtre de la Criée à Marseille pour trois jours de conférences, d’ateliers et d’exposition sur le thème « Changer le monde (réel) par le Web »... Waouh, on veut bien !

Lift, c’est un mix d’entrepreneurs, d’étudiants passionnés, de chercheurs en quête de pistes (la fameuse prospective !) et d’artistes fauchés (et oui les technos et l’art, ça ne paie pas vraiment !). C’est organisé en partenariat avec la Fing et même si on parle beaucoup d’open source, c’est pas super open (600 € l’entrée).

Je file sur le Vieux-Port, invité à présenter une version mobile de l’Echoppe ainsi qu’un projet en ligne sur « comment évaluer sa vie ». Je commence par un atelier sur la création d’applications mobiles avec des logiciels open source. Les deux animateurs qui travaillent chez EDF nous invitent à reproduire une application pour évaluer les bénéfices d’une installation solaire à la maison ! Une participante quitte l’atelier regrettant de ne pouvoir développer sa propre application, plus créative. Et ils sont où les artistes technos ?

Pour cette seconde édition, la programmation artistique Expérience était un peu à l’étroit dans l’espace du Théâtre, une impression de fourre-tout qu’on oublie en se concentrant sur les projets proposés, des propositions très diverses.

Le Cabinet de curiosités numériques conçu par Nod-A en est une forme d’illustration, car dans les arts numériques... il y a de tout : du vêtement communicant à la télécommande capable de couper toutes les télés aux alentours histoire de casser l’ambiance lors de la finale de la Coupe du monde de football. Radio2067 de David Guez est une radio particulière qui vous permet de remonter dans le temps... L’Angelino d’Albertine Meunier s’active quand le mot Ange est twitté....

Si vous voulez rendre vos murs sensibles et « intelligents », un papier peint aux motifs arrondis vous permet de vivre une expérience de réalité augmentée, passez votre iPhone devant le papier pour voir apparaître des photos... de la poésie connectée !

Si vous souhaitez mixer en temps réel les flux des caméras de vidéosurveillance de Nantes ou vous initier artistiquement à des logiciels comme Processing, le projet de Miam, pour Malette interactive artistique multimédia, initié par Labomédia et Ping, est fait pour vous ! Et si vous ne prenez jamais les transports en commun, le projet Hyperbus risque de vous faire changer d’avis. Ce bus communicant, à la fois support et capteur d’informations (environnementales, culturelles, etc.) scanne son environnement et donne une nouvelle vision de la ville.

Dans l’esprit do it yourself, le Fabbot est à votre disposition pour réaliser des objets en gravant et découpant différentes matières. Un peu plus loin, une autre machine de fabrication open source imprime en 3D différents petits objets... L’usinage domestique c’est l’avenir, dit-on ici ! Pour les nostalgiques des soirées au coin du feu et les luddistes, un atelier de broderie de logos des grandes marques de l’Internet est à disposition, histoire de s’occuper les mains quand on n’a plus de clavier.

Broder des logos, mode d’emploi :

Les artistes sont là, chouette, je peux enfin discuter avec Albertine Meunier ou Anne-Caroline Paucot, conceptrice des Oscide (Objets Services Concepts Imaginés et Développés Ensemble). Ça parle beaucoup sur les stands, on s’échange des cartes de visites, des chercheurs en prospective conversent avec des bidouilleurs inventeurs... Ça échange grave !

Et si vous n’y comprenez rien, Expériences invite les artistes à prendre possession d’une scène pour performer ou expliquer leur projet. Damien Pelletier-Brun dessine sur la scène une nature morte à partir de la projection d’images en mouvement d’une webcam urbaine... face à un public étonné de voir un artiste sortir de bons vieux feutres et du papier !

Vidéo de la performance de Bruno Pelletier (extrait) :

Pour achever mon séjour marseillais, direction les îles du Frioul pour le festival Mimi qui agrémente cette année sa programmation musicale d’une sélection d’installations sonores. Une harpe à nuages scrute avec un laser le ciel pour restituer en sons au public en fonction de la texture des nuages. Plus loin, les douches sonores de Locus Sonus, d’étranges paraboles sous lesquelles le visiteur est invité à se placer pour entendre des sons provenant en direct de différents points du globe. Un site mobile permet d’en connaître la provenance. Le parcours, un peu disparate (on en voudrait encore plus) conduit à l’hôpital Caroline où ont lieu les concerts.

Douches sonores, extrait :

Au moment de regagner le Vieux-Port, des hauts-parleurs diffusent dans l’embarcadère des sons sous-marins enregistrés par Lee Patterson... mais les festivaliers, un peu éméchés font un sacré raffut. Retour à la réalité et la terre ferme, les poches remplies de cartes de visite.

nicolas frespech 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 2 > commentaires
écrit le < 09'07'10 > par < xavier UGm marseille2013.org >
"Les broderies open source de logos pas open source", est une performance intitulée "Canevas 2.0", proposée par Marseille2013.org & "Juste une mise au point" - réalisée par Violène Lintot, Xavier Leton, Eric Pringels.
Ce fut un plaisir de te rencontrer.
Xavier
écrit le < 10'07'10 > par < jayet.pierre 6DR gmail.com >
excellent résumé du Lift10 et désolé de ne t’avoir vus qu’à la toute fin. @ un de mes prochains passage à Marseille.