« Bande Originale », parcours artistique proposé par le collectif MU autour et sur le canal de l’Ourcq dans le nord-est parisien, du 9 juillet au 10 août, en cinq week-ends d’événements, performances, balades sonorisées, à Paris, Bobigny, Pantin et Aulnay.

Poptronics joue sa propre partition en accompagnant le projet sur le blog dédié « Au fil de la BO »..

WPMG du collectif MU à la console le 9 juillet pour diffuser les bulles sonores des artistes invités par Bande Originale cet été, autour du Canal de l’Ourcq. © poptronics
< 11'07'14 >
La Bande (très) Originale du Canal de l’Ourcq

Plic ploc sera-t-il le son de ralliement de « Bande Originale », parcours artistique éclectique concocté par les membres du collectif MU autour du canal de l’Ourcq cet été ? L’ouverture mercredi 9 juillet, à l’occasion du vernissage de l’Eté du Canal (manifestation organisée par la Seine-Saint-Denis, avec croisières sponsorisées, campagne de street-art autorisé et animations diverses), s’est faite sous une marée de parapluies. Un temps quasi idéal pour écouter les compositions de Bande Originale, plus sombres que solaires… Poptronics joue sa petite partition dans l’ensemble BO, en accompagnant le projet sur le blog dédié « Au fil de la BO ».


Croisière sonore pluvieuse pour l’ouverture mercredi 9 juillet de Bande Originale. © poptronics

C’est un fait que le soleil aurait arrangé tout le monde, pour commencer en « fanfare » la Bande Originale de l’été, un mois de performances, concerts, écoutes partagées et promenades audio le long et sur le canal de l’Ourcq, à Paris, Bobigny, Pantin et jusqu’à Aulnay, du 9 juillet au 10 août. La Bande Originale l’est surtout par la « couleur » de sa proposition.

Une couleur qui va bien avec la pluie : les sons vibrants et cliquetants du plus jeune des musiciens électro de cette BO, Somaticae, tout comme les nappes montantes très post-révolution industrielle de Christian Zanési, compositeur et directeur adjoint du GRM (groupe de recherche musicale), tous deux invités à ouvrir le bal mercredi, collent parfaitement au décor délavé par la pluie des rives en friche du canal, dès lors qu’on sort de Paris et longe les entrepôts de la SNCF direction Pantin. Par ici, certains pochoirs commandés ont déjà été arrachés (par le vent ou les graffeurs de Seine-Saint-Denis qui n’aiment pas qu’on empiète sur leur territoire ?), les chantiers rutilants transforment ce pan de banlieue en future cité ultramoderne, ce dont se félicitent les élus en discours d’ouverture. Fort heureusement, le canal de l’Ourcq n’est pas encore totalement dompté et rénové, les traces de son passé industriel sont encore plus que présentes.

Extrait de la performance de Christian Zanési, en croisière d’ouverture de Bande Originale, 9/7/14 :

C’est un des paris faits par le collectif MU que d’accompagner la mutation du paysage du nord-est parisien et de sa banlieue proche, topographiquement, culturellement et socialement. MU concocte des événements culturels à géométrie variable –depuis son quartier, la Goutte d’or, jusqu’à des territoires transfrontaliers (European Sound Delta, la croisière sonore sur Rhin et Danube de l’été 2008, que Poptronics avait accompagné...). Et un état d’esprit rare qui concilie haute et basse culture, musique pop et érudite, événements micro-confidentiels qui intéressent les seuls adeptes de l’art sonore et fiestas noise ou électro mémorables dans son Garage.

La Bande Originale devrait logiquement faire bouillonner le canal de l’Ourcq, et pas que de son côté branché (sur les quais du canal, l’été, c’est pétanque et apéro en plein air version bobo). Le bouillon sonore expérimental verra des gens écouter des performances depuis le bord de l’eau (les « Plages MU »), assister à des performances sur l’eau (les « Croisières live »), se balader autour du canal (les « Parcours sonores ») avec des audioguides ou en activant l’application Soundways, pour des balades sonorisées et spatialisées (pas uniquement musicales, mais aussi radiophoniques) ou encore monter dans une des « Navettes sonores ».

« Au fil de la BO »
Et comme cette Bande Originale vibrionne, le collectif MU a fait appel à Poptronics, média des cultures qui ne rentrent pas dans les cases, qui a imaginé un blog, « Au fil de la BO », où avant-papiers, reportages et interviews rythmeront la BO. En commençant par donner la parole aux douze artistes ou collectifs que MU a conviés. En amont de l’événement, ils ont participé à des ateliers à Aulnay ou Pantin, ont composé avec des danseurs ou des personnes en situation de handicap… Ils sont douze artistes et collectifs à avoir créé des bulles sonores pour l’application Soundways (gratuite pour IOS et Android). Ils ont eux-mêmes nourri la programmation de l’événement : Somaticae a souhaité rencontrer Christian Zanési (le duo de la croisière inaugurale ce 9/7), Gaël Ségalen est allée débusquer le musicien Eric Douglas Porter (aka Afrikan Sciences) pour créer les Graciés (le 9/8 à 20h30) et le plasticien du son Vincent Epplay a choisi de se frotter au free jazz de Jac Berrocal (le 27/7 à 20h30).

Extrait de la performance de Somaticae, ouverture de Bande Originale, 9/7/14 :

//////////////////////

Naviguer entre les tempos de Bande Originale


Pluie et écoute des bulles sonores composées par les artistes invités par BO. © poptronics

TEMPO ADAGIO

La Bande Originale en balade ou croisière sonore, à pied sur les parcours dessinés par le collectif MU à partir des contributions des artistes invités, ou en salon d’écoute flottant sur la péniche Gavroche, qui relie le canal de l’Ourcq depuis la Maison des Canaux, métro Stalingrad, jusqu’à Bobigny, avec son système de diffusion en quadriphonie.
Trois navettes sonores d’une durée de 2 heures, péniche Gavroche, 13h30-19h30, tous les samedis et dimanches du 12 juillet au 10 août, 1 euro.

Quatre parcours sonores autour du canal :

 >A Aulnay, « Les Jardins perdus », ce week-end, en balade sonore dans les quartiers nord d’Aulnay, départ depuis la péniche Anako (14-18h, 2 €).

 >A Bobigny, « Alphaville », les 19 et 20 juillet, entre SF et industrie, départ au container de Bobigny (14h-18h, 2 €).

 >A Pantin, « Remake », les 26 et 27 juillet, autour d’une ville en pleine transformation, départ devant l’ancien bâtiment des Douanes, le long du chemin de halage, près du mail Charles de Gaulle (14-18h, 2 €).

 >A Paris, « Luna Park », les 2 et 3 août, autour de Stalingrad, la bande-son du décor de Paris Plage, départ devant le Pavillon des Canaux (39 quai de la Loire, Paris 19e, 14-18h, 2 €).


TEMPO ANDANTE

Plage Mu : pas forcément avec du sable, mais des concerts les pieds à quai, le son sur l’eau, avec des performances douces pour commencer, de plus en plus festives au fur et à mesure qu’on s’enfonce dans l’été.
Depuis le parc de la Poudrerie, où les espèces d’oiseaux rivalisent avec les sons urbains ambiants, où Jean-Philippe Renoult a posé ses micros (il en parle par ici), BO propose un « après-midi à la plage », avec Sir Alice qui fait chanter les cimetières, Jean-Philippe Renoult et Juke Joint qui rejoueront des enregistrements de terrain de BO.
Plage MU, dimanche 12 juillet à partir de 16h, Pelouse de la Cartoucherie, Vaujours, RER B, arrêt Vert Galant, gratuit.

La Plage MU s’agitera à l’heure de l’apéro, avec dès ce samedi la rencontre entre Machi (un Chilien qui a créé son nom de scène à partir du mot Machitun, le vaudou local… tout un programme), WPMG (membre du collectif MU, il est l’un des artisans de cette BO 2014) et Ricky Hollywood.
Samedi 11 juillet, Péniche Anako, canal de l’Ourcq, intersection rues Jean Jaurès et Pierre Jouhet, Aulnay-sous-Bois, RER B, arrêt Aulnay-sous-Bois, Tram 4 arrêt Lycée André Sellier, 5 euros.

Des plages MU, il y en aura tout au long de l’été, chaque samedi et dimanche, dans des lieux autour du canal de l’Ourcq (Trabendo, Parc de la Villette, Centre national de la danse, Pavillon des Canaux).


TEMPO ALLEGRO

Les Croisières live sont l’occasion de rencontres inédites entre musiciens des sphères électro, deep house, italo-disco, noise, ambiant, psyché, hip-hop, free jazz, transe… et art sonore, des pointus comme Pi Node, Joachim Montessuis ou OttoannA, des jeunes et des vieux, des filles et des garçons, des connus (Tristesse contemporaine, Mondkopf, Zanési, Jac Berrocal, Vincent Epplay) et des moins connus, des artistes installant des radios pirates, d’autres qui font des lives au casque (le retour du Placard, le dispositif inventé en 1998 par Erik Minkkinen de Sister Iodine).

Bref, des modes de diffusion où le son se fait performatif, pas toujours dansant mais essentiellement festif, avec une montée en charge de la fiesta d’un week-end sur l’autre. Fin apoplectique à prévoir le 9 août (pour le coup, la plage MU s’étendra de 22h à 6h du matin !).

Noyade, Joachim Montessuis, Atelier Méditerranée dimanche 20 juillet ; Vincent Epplay et Jac Berrocal dimanche 27 juillet ; Placard dimanche 3 août ; OttaAnna, Les Graciés dimanche 9 août, entrée : de 2 à 12 euros.

annick rivoire 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 1 > commentaire
écrit le < 12'07'14 > par < desartsonnants ooo gmail.com >
Le Collectif Mu est invité aux rencontres du CDMC autours des "parcours sonores" pour présenter ce projet, le 06 Juin 2015.